Rue du Général LECLERC

La rue du Général LECLERC se situe entre le rond-point de la Prairie placée au Nord, passe par le rond point de la Mairie centre du Bourg, puis continue par le rond des Landes et se termine au rond point du Pigeon Blanc au Nord du Bourg. Cette rue dénommée par une délibération du Conseil Municipal de février 1956.

Elle s’appelait auparavant : Route Nationale.

Rue principale de GuichenNaissance, mariage

Philippe LECLERC de HAUTELOCQUE est né le 22 novembre 1902 au château de Belloy-Saint-Léonard dans la Somme (80), fils d’Adrien de HAUTELOCQUE et de Marie Thérèse Wander CRUISE de WAZIERS : famille de vielle noblesse picarde. Marié en 1925 à Thérèse de GARGAN : 6 enfants naissent ce cette union.

Études et carrière

Philippe s’oriente très tôt vers une carrière militaire, prépare à Sainte-Geneviève le concours de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr en 1922.

Il choisit l’école d’application de la cavalerie de Saumur en Maine et Loire, termine major. Instructeur à Saint-Cyr en 1931, il s’y blesse lors d’un exercice à cheval ce qui lui coûte d’utiliser une canne toute sa vie. Il intègre en 1938, l’École de Guerre, il sort major un peu plus tard. Il est capitaine d’état major de la 4ème division d’infanterie en mai 1940, fait deux fois prisonniers, il s’évade.

Dès août 1940, le colonel LECLERC rallie à la « France Libre » les colonnes d’Afrique Équatoriale Française, lui donnant ainsi un territoire et une force militaire.

C’est en Angleterre, qu’il prend le pseudonyme de « François LECLERC » afin de protéger sa femme et ces six enfants contre toutes représailles.

Le 1er août 1944, sa 2ème division Blindée (D.B.) rattachée à la 3ème armée du Général PATTON, prends pied sur la plage de Saint-Martin-de-Vareville Manche (50).

En 1945, il obtiendra que ce nom soit ajouté à son patronyme, dans l’avenir, lui est ses descendant s’appellent ‘LECLERC DE HAUTELOCQUE ». la même année, LECLERC, nommé Général de Corps d’Armée est élevé à la plus haute dignité de la Légion d’Honneur (Grande Crois), reçoit le commandement du Corps Expéditionnaire Français et en Extrême Orient, le C.E.F.E.O.

D’octobre 1945 à juillet 1946, LECLERC montre d’un sens politique en avance sur son temps, préconise une solution pacifique au franco-vietnamien. Malheureusement incompris, il est rappelé en France.

Au cours de toutes ces campagnes, LECLERC vit auprès de ces homme cochant comme eux à même le sol, s’inquiétant à chaque instant de leur moral et de leur ravitaillement. Sa foi en la victoire finale, son sens du terrain et de la manœuvre, son omniprésence, l’ont fait adopter d’emblée par ses hommes qui apporte adhésion et dévouement sans faille.

Après de durs combats dans le Sud de l’Alsace, pendant plus de deux mois d’un hiver particulièrement rigoureux, la 2ème D.B. participe, au sein de la 1e Armée Française, à la libération de Colmar le 6 février 1945. Il n’y plus d’Allemands en arme sur le territoire français, à l’exception des poches de l’Atlantique où des éléments de la 2e D.B. vont libérer Royan en avril 1945.

Décorations

MARÉCHAL DE FRANCE à Titre posthume

Grande Croix de la Légion d’Honneur – Compagnon de la Libération – Croix de Guerre 1939-1945 – Croix de Guerre de Théâtres d’opérations Extérieures – Distinguished Service Order.

Il conduisit ses soldats victorieux du Tchad à Alençon, de Paris à Strasbourg.

En 1946, LECLERC est nommé inspecteur général en Afrique du Nord.

Décès, inhumation

Il trouve la mort dans un accident d’avion, le 28 novembre 1947, dans le Djebel Aïssa à proximité de Colomb Béchard.

Élevé au titre de maréchal à titre posthume.

Philippe LECLERC DE HAUTELOCQUE est inhumé dans la crypte des Invalides à Paris.

Sources : Biographie Général Philippe LECLERC, Généanet

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.