Hommages aux arbres centenaires

Elle n’ se fanera plus
La fleur qui s’est tue
La fleur du pommier
Pour qui février

Sonna dernière heure
Ce fut un crève-cœur
Pour tous ces gamins
Venant au jardin.

Ils ne chanterons plus,
Les oiseaux non plus
La coquille dorée
A jamais brisée ;


Quand c’était l’école
F
aisant farandole
Autour du tilleul
Ce très cher aïeul ;


Lorsqu’il parfumait
La cour de récré
Bientôt s’annonçait
La fin de l’été.

Il n’ se dressera plus
Surveillant la cour,
Il ne vivra plus
Forteresse d’amour !


Les enfants l’aimaient,
Parfois se cachaient,
Ou posaient leur front
Sur l’immense tronc


Tant il était fort
Tout, sauf un décor ;
Ignorant sur sont sort…
Il subit la mort,


Vit celle de ses frères
Branche par branche par terre,
Celle des animaux
Tombés dans le l’cahot !

Et puis les pelleteuses
A l’allure hideuse
Sont entrées en scène
Déployant leur haine…


Enfin, pas le leur,
Celle des « supérieurs »
Ceux dont les fonctions
Confondent bonnes actions


Et rentrées d’argent ;
Se sentant puissant,
Comme tout beau parleur !
Projet prometteur…

Cet « îlot de vie »
Offre des cabanes,
Miniatures persanes :
Pas bleues, juste du gris.


Cet îlot « fini »
Fier de ses cabanes
Abritant bécane
Mission accomplie !!!


Mais, les enfants jouent,
Je n-ai pas vu où !..
Où sont les jardins
Promis sur le dessin ?

Accéder au rêve
Car besoin de trêve
Connaître son destin
Poursuivre son chemin


M’a ouvert les yeux…
Aujourd’hui il pleut ;
J’regarde l’horizon :
Là plus d’unissons.


N’oublions jamais
Veille de printemps
S’arrête le temps
Sauf la chouette effraie ! 

J’ n’aurais jamais cru
Vivre après une hécatombe
Telle après une bombe
Dans cette petite rue !!!


Nous étions en  »guerre »
Bouffant d’ la poussière
Ployant dans le bruit
Mais pas au mépris…


Il fallait survivre
Surtout pas mourir !
Peu de gens l’ont vu
Encore moins l’ont cru…

Alors aujourd’hui,
DEUX ANS DE NOTRE VIE
Sont hélas passées…
Sachez y penser !


SACHEZ RESPECTER
ENFANTS D’SAINT MARTIN
ANCIENS DE GUICHEN
ET L’ARBRE TOMBE…


ET L’ARBRE TOMBE.

Hommages à l’École Saint-Martin anciennement située rue Jacques BLOUET

Années 2015-2016-2017
Auteur anonyme

2 Replies to “Hommages aux arbres centenaires”

  1. PRODHOMME Viviane

    De qui donc est ce beau poème ? Une chose est certaine il n’est pas de moi ! mais de toi ?

    • joel Post author

      Bonjour,
      Il n’est pas de moi !
      La personne qui me l’a remis a préféré restée anonyme.
      Elle m’a autorisée à le publier.
      Tout est à l’honneur de cette habitante.
      Cordialement
      Joël

Les commentaires sont fermés.