BOUGEARD Henri, marin (sous-marin le « FARFADET »)

Stèle en mémoire d'Henri Bougeard

Vous avez sans doute croisé ce nom à Guichen. En effet, une de nos rues porte le nom de Henri Bougeard. Cette rue fait référence à un résistant victime civile pendant  la seconde guerre mondiale. Cependant, il existe un autre Henri Bougeard, guichenais, avec lequel on peut le confondre. Cet autre personnage est un marin victime de la catastrophe du « FARFADET », et c’est de celui-ci dont nous parlons dans cet article.

Naissance

Henri Marie Joseph BOUGEARD est né le 23 juillet 1879 au Bourg de Guichen, fils de Pierre Marie, maréchal , et de Marie Rose, MARQUER , femme de ménage.

Henri entre dans l’armée active au service du 2ème dépôt des Équipages de la Flotte comme engagé volontaire  pour cinq ans, le 25 février 1898.

Carrière

Il est ouvrier mécanicien de 3ème classe, quartier maître mécanicien de 2ème classe, et devient quartier maître de 1ère classe le premier octobre 1901. il se rengage pour trois ans le 02 mars 1903 à compter du 25 février 1903. Henri obtient le grade de second maître mécanicien torpilleur de deuxième classe le 6 juillet 1905.

Il meurt dans la catastrophe du sous-marin français « Le FARFADET »

Le sous marin « Le Farfadet » a été construit à Rochefort en 1899. Il était stationné au port de La Pallice dans le cadre de la défense de Rochefort et de La Rochelle.
En 1903, le Farfadet a reçu une autre mission. Il quitte La Pallice pour servir au sein de l’importante base maritime française de Bizerte en Tunisie. Le Farfadet est un sous-marin à propulsion électrique. Son autonomie est de durée très limitée.

Le 6 juillet 1905, Le « Farfadet » appareille de la darse de Sidi-Abdallah pour effectuer, dans le lac de Bizerte, une sortie d’exercice. Dès sa sortie de la passe, l’avant s’enfonce.

Il pique du nez dans la vase par dix mètres de fond. Trois rescapés dont le commandant qui ont réussit à sortir in-extrémis sont immédiatement repêchés.

Les quatorze hommes restant à bord ont pu se réfugier dans des compartiments n’ont envahis par l’eau et fermer derrière eux les portes étanches. Henri BOUGEARD en fait partie. Malgré tous les moyens mis en œuvre, les marins ne pourront être sauvés et sont déclarés morts le 7 juillet.

Décès

Il décède le 7 juillet 1905 dans la catastrophe du sous-marin le « FARFADET » à Bizerte en Tunisie.

Les obsèques du Quartier-maître BOUGEARD se sont déroulées le 2 août 1905, à Guichen, en présence d’un grand nombre de Guichenais et de personnes officielles.

Sources

Service Historique de la Marine à Vincennes et à Toulon: Journal « Ouest-Éclair » (Juillet 1905): « Le Petit Journal » (Juillet 1905): Bulletin de la Société d’Histoire du canton de Marennes du mois de Juillet 2005; Amicale des Anciens de Tunisie à Mourens.

Article écrit par Henri CELLIER, petit neveu d’Henri BOUGEARD et transmis par Joël DESHAYES  adhérents au C.G.V. 35, paru dans le Racines 35 n° 101 – 1er trimestre – mars 2012. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *