Le Freux, Freu

  7 – GUIGNEN (Ille-et-Vilaine), Le moulin du Freux                                                                            Carte postale postée à Maure-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), le 05 juillet 1977.                       

  Le villageLe Freux du Freux se situe à environ à 4,5 km du Bourg de Guichen. sur la rivière le Canut, en limite avec la commune de Guignen.

Freux, au Freu, le Freux : C’est une sorte de corbeau au plumage noir et lustré qui atteint 45 cm de longueur à un bec étroit et déplumé.

En ce lieu : naît en en 1872, Victor EDET qui fut  Maire de Guichen entre 1919 et 1940, fils de Jean Marie EDET  (meunier) et de Félicité GUILLEME son épouse (ménagère).

Une rue à Guichen porte le nom de EDET (boulevard) se trouve près de la Mairie.

Le 08 janvier 2019, un correspondant nous laisse le message suivant : Le freux est un corbeau attiré par les meuneries, les champs, le grain et les souris du moulin datant du XVIIe siècle au moins.

Pierre Corcé, soldat Mort pour la France

Pierre Corcé

Naissance, mariage :

Né en 1925 à Glanret en Guichen (Ille-er-Vilaine), fils de Raymond Joseph Corcé et

Soldat Mort pour la France Guerre de Corée

de Rose Marie Andréa AIGLON,

marié en 1946 avec Anne Marie GUILLEME.

Carrière : militaire, Sergent au bataillon français de l’ONU,

2 citations.

Décès : Décédé au Champ d’Honneur,

Mort pour la France le 25 mars 1951 à Munchi Corée

 

Note : Son nom figure sur le monument aux morts de la commune de Guichen (Ille et Vilaine), sur la face sud, à la suite des noms de soldats de 1914/1918.

Sources : État civil des naissances de Guichen et site Mémoire des Hommes.

Que s’est-il passé le 13 juin 1738

Le 13 juin 1738, la corvée royale finance la construction du réseau routier.

En 1713, le conseil des Finances crée le corps des Ponts-et-Chaussées afin de doter le pays d’un réseau praticable. Des ingénieurs et des dessinateurs sont recrutés pour cartographier le royaume.

Pour financer ce système, le 13 juin 1738, sur proposition de l’intendant des finances ORRY, un nouvel impôt en nature est créée. Il est appelé la « corvée royale des routes » et est considéré comme une taxe faisant partie de la taille. Tout homme en état de travailler doit participer à l’entretien ou à la création des routes. Chaque homme peut mener cette tâche en allant jusqu’à 18 kilomètres de son habitation, distance qui sera ramenée à 09 kilomètres quelques années plus tard.

Le travail étant très dur, l’ouvrier ne peut-être embauché plus de deux jours consécutifs sur les chantiers, et il ne doit pas travailler sur plus de toises (environ 3,5 mètres)

Bien que très critiquée, cette mesure est très efficace et un réseau routier français praticable et fourni se dessin. Il favorise considérablement les échanges économiques.