Rue Réné DIERAS, résistant fusillé

Résistant fusilléCette rue commence à l’est de l’église et se termine à la sortie du Bourg, route de Laillé.

Naissance, mariage

René Jules Emile DIERAS, est né le 01 novembre 1909 à Rennes (Ille-et-Vilaine), fils de Charles Arthur,  étudiant en notariat et Madeleine CARREE.

René se marie en 1938 avec Blanche JEHAN : de cette union naît deux enfants qui se prénomment Maryvonne et Jacques.

Domiciliés à Rochefort-sur-Mer (Charente-Inférieure, Charente-Maritime)

Carrière

Docteur, devient médecin-chef du dispensaire antituberculeux de Rochefort-sur-Mer. il entre très dans la résistance. Militaire, il exerce dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI). Médecin-résistant dans l’Armée Secrète (AS-FFI).

Diplômé de la Faculté de Médecine de Paris.

Décès

Décède dans l’attaque de Château-Gaillard à Juicq (Charente-Maritime, Fusillé par les Allemands. Il obtint la mention « Mort pour la France »et fut homologué au grade de capitaine.

Inhumé après la guerre dans le caveau familial à Guichen (Ille-et-Vilaine).

Notes: Son nom se trouve inscrit sur plusieurs monuments ou stèles. Qui concerne le conflit de la seconde guerre mondiale et la résistance.

Continuer la lecture →

La construction du réseau routier dans notre pays

Ce qui s’est passé  ce jour-là. 

Le 13 juin 1738, la corvée royale finance la construction du réseau routier. En 1713, le conseil des Finances crée le corps des ponts-et-Chaussées afin de doter le pays d’un réseau praticable. Des ingénieurs et des dessinateurs sont recrutés pour cartographier le royaume. 

Pour financer ce système, le 13 juin 1738, sur proposition de l’intendant des Finances ORRY, un nouvel impôt en nature est crée. Il est appelé la « corvée royale de routes » et est considéré comme une taxe faisant partie de la taille. Tout homme en état de travailler doit participer à l’entretien ou à la création des routes. Chaque homme peut mener cette tâche en allant jusqu’à 18 kilomètres de son lieu d’habitation , distance qui sera ramenée à 09 kilomètres quelques années plus tard. 

Le travail étant très dur, l’ouvrier ne peut-être embauché plus de deux jours consécutifs sur les chantiers, et il ne doit pas travailler sur plus de deux toises (environ 3,5 mètres). 

Bien que très critiquée, cette mesure est très efficace et un réseau routier français praticable et fourni se dessine. Il favorise considérablement les échanges économiques.

Un marin Guichenais décède en mer

Pierre DANIEL marin de la marine marchande.

Naissance : Pierre, marin et  cuisinier, né en 1926  à Glouezec (Finistère, marié à Simone TROCHU domiciliés à Guichen, rue Luc Urbain.

Navire cargoDécès : Le 05 avril 1963 à bord du navire « Jules BERTHIERE » armé à Bayonne, acte dressé le 6 avril 1963, à la suite du rôle du Corps à Nynashamu (Suède) où il n’y a pas d’agent Français investi de fonctions d’Etat Civil, sur la déclaration de Henri Marie BIHAN, âgé de 42 ans domicilié dans le Finistère. Qui lecture faîte et signé avec Nous Yves MALPOTE, Capitaine de la marine marchande, Capitaine du « Jules BERTHIERE » remplissant à bord les fonctions d’officier d’Etat Civil.

Le 27 avril rapatrie le corps et le 29 du même mois reçoit des funérailles chrétienne en l’église de Guichen  et est inhumé dans le cimetière de la commune de Guichen.

L’acte de décès transcrit le 22 février 1964.

Ce navire cargo « Jules BERTHIERE » désarmé à Bayonne le 28 avril 1963.