Yot, village,moulin

Pierres de chaussées au village de Yot Guichen/Guignen

Se promener à pied, découvrir la nature. Nous apporte une meilleure connaissance de notre environnement. Ce petit coin de paradis le long du Canut, en est un bel exemple. Malgré ce peu d’eau qui coule en ce moment sous ce vieux pont en bois, l’aspect naturel y trouve toute sa place. Par la présence de ces pierres un peu particulières appelées « pierres de chaussées » (réponses verbales données par des randonneurs). Dans ce village de Yot, coupé en deux. d’un côté Guichen, et de l’autre Guignen, se dresse un ancien moulin à farine de « Diot », selon le cadastre Napoléonien de 1832. Celui-ci ne possède plus sa roue, il reste seulement un système de vannage. Les habitants de ce lieu nomment ces pierres (‘’les pierres diot’’). Nous recherchons des informations complémentaires sur le moulin et de ce lieu : YOT. ou DIOT.

Orthographe Pont-Réan lieu-dit

A remplacé le vieux pont qui a donné une partie de son nom au bourg. En le démolissant on a trouvé des pièces de monnaie à l’effigie de Jules César

Notre association remercie toutes les personnes rencontrées à la fête des 250 ans du Pont de Pont-Réan le samedi 16 et de la journée du Patrimoine le dimanche 17 septembre.

Vous avez été nombreux à poser des questions. Nous partageons ces bons moments passés avec vous.
Voici des informations sur ce lieu important de nos communes. Pont-Réan site un peu particulier, il se situe sur trois communes : Guichen, Bruz, et Goven.
 »Pont-Réan » :  »Réance » au 13ème siècle signifie  »jet d’eau » ;  »raïant » participe passé de  »raiier » signifie  »couler… donc  »eau qui coule sous le pont.
 »reance » au 14ème siècle signifie  »rançon », mot venant de  »réant » . une deuxième version donnée par un ancien instituteur, qui précise que le péage au  pont, institué par les Romains, fut maintenu par les seigneurs du pays. Une certaine somme demandée pour certains services et toujours la même leur était  »redue » d’où  » »redevance » ou  »reance ».
PONT-REAN orthographié de façons différentes.
Carte géographique de Nicolas Sanson d’Abbevile datant de 1650.
An 08; carte marine hollandaise de 1693 de Romain de Houge,
Orthographié en 1771 Pont-Réan.
Nous trouvons aussi : PONTREAU : carte départementale d’Ille et Vilaine de 1715.
PONTREAN : Altas encyclopédique de rigobert Bonne et N. Desmarets.
PONTREANE: carte routière de l’ingénieur géographique Michel édité par Desnos en 1765.
On note  »Pontriant », on peut expliquer différentes écritures par de simples fautes d’orthographes.
Ces informations vous donne ainsi une variantes des noms.
Si vous trouvez d’autres renseignements. N’hésitez à nous les transmettre.

Rue de la Gendarmerie

Rue de la GendarmerieCette rue c’est appelé : rue de la gendarmerie, car  celle-ci y était auparavant . Le marché aux légumes y avait une très forte activité. Tout au fond, sur la gauche nous apercevons le café actuel de « L’Escale » Et sur la droite, se nomme l’Hôtel du Commerce.

 

 

 

Le Boël en Pont-Réan Bruz

Le Boël en Bruz à Pont-RéanVenez visiter le site du Boël, très remarquable vue sur le Fleuve la Vilaine, ses carrières très actives lors de l’incendie de Rennes en 1720. Les pierres de Malroche était remontées par bâteaux.
Son écluse date du XVème siècle, le moulin construit plus tard au XVIIème
Variantes de Boël : BOELLE- BOUELLE

La Chapelle Sainte-Reine restaurée

Les deux village de Sainte-Reine et Chauvignac séparés par la route de Bourg-des-Comptes, et aussi par une chapelle dédiée à la Vierge Marie, il s’agit plutôt d’un oratoire circulaire de 4 m sur 3, avec couverture ardoises à quatre pans, édifiée d’une fontaine dons la construction remonte à près de deux siècles, aucune trace à la paroisse, mais cette chapelle figure au premier plan cadastral de 1829. La restauration de cette chapelle déjà commencée est l’oeuvre de près de 60 bénévoles. A noter que la dépense occasionnée par la réfection de la porte provient d’un don d’un personne décédée il y a deux ans. il est heureux que les « villageois » veuillent conserver le patrimoine et qu’en cette année mariale de 1987 , la Vierge de Sainte-Reine soit honorée.
Sources : photo de l’auteur en juillet 2011, extrait de l’article de Ouest-France du 18 septembre 1987.