Restauration d’un four à pain rue René Diéras

Four rue René DiérasSe promener à pied, observer la nature, découvrir de nouveaux lieux que l’on ne connaît pas. Tel fut le cas, un jour d’octobre 2009, passant près d’un endroit herbeux et recouverts de petites broussailles qui laissait apparaître quelques pierres. En m’ approchant, je pu voir qu’il existait un ensemble de pierres accôlées les unes aux autres, dégageant celles-ci, un orifice de forme ronde se dessinna sur un fond noir. En observant l’ensemble, je constatais, que je me trouvais devant un ancien four à pain. Depuis quand, avait’il été utilisé pour la dernière fois ?
Ces travaux réalisés par les salariés du chantier d’insertion qui suivirent une formation de couverture.  »Un espace sera réservé autour de cette restauration pour mettre en valeur ce patrimoine »
A ce jour ! les travaux sont en cours de finition. sources: O.F. jeudi 28 avril 2012
Encourageons cette belle initiative ! quelle soit d’ailleurs: public ! ou privé !
Ce site donne l’idée d’une manifestation du pain cuit au four à l’ancienne.
Ces fours généralement construit en pierre maçonnée. L’intérieur confectionné en briques réfractaires.

 .

S’exprimer à sa manière près d’un four à pain (F.O.U.R.A.P.A.I.N)

F antastique vestige du passé
O n utilise encore ton antre noircie
U ne grande brassée de bois séché
R échauffe avec fougue ta gueule vieillie
A h ! Que de souvenirs tu fais revive .
P âte à pain en boule sur des plaques d’émail
A u contact de tes briques réfractaires
I l cuit des miches de »deux » dans ton sérail
N ous promettant des délices de la bonne chère.

Les Halles

rue du 11 novembre

photo ancienne

Les halles de Guichen appartenaient dans les années 1850 à la famille Du Bouëxic. Les héritiers de Agathe Félicité Du Bouëxic, les vendent en 1854 à la Commune représentée par son Maire Charles Marie de la Bourdonnaye de Montluc.

La Massais, La Massaye

Le château de la Massaye, situé au sud de RENNES, reconstruit au XVIIème siècle, a conservé sa chapelle, ses jardins à la française, ainsi que ses douves. L’ancien château était fortifié, il fut pris par les ligueurs en 1592, par les royaux en 1593 et rasé sur ordre de Richelieu. Au XVIIème siècle, il devient le domaine de Madeleine FOUQUET, épouse du seigneur de Bourblanc, puis de Jeanne de POIS, veuve de Sébastien de LYS en 1695. Il passera par alliance au Duc d’ARENBERG en 1756, puis au BURET en 1780 et 1917 et enfin au PLAINE LEPINE jusqu’ en 1928. C’est en 1966 que le CHU y a ouvert une maison de retraite dans les locaux loués à l’association centrale des vétérinaires. La modification des modes de prises en charge des personnes âgées a conduit le CHU à fermer en juin 2005 cet établissement. http://fr.topic-topos.com/recherche-guichen

La Chapelle Sainte-Reine restaurée

Les deux village de Sainte-Reine et Chauvignac séparés par la route de Bourg-des-Comptes, et aussi par une chapelle dédiée à la Vierge Marie, il s’agit plutôt d’un oratoire circulaire de 4 m sur 3, avec couverture ardoises à quatre pans, édifiée d’une fontaine dons la construction remonte à près de deux siècles, aucune trace à la paroisse, mais cette chapelle figure au premier plan cadastral de 1829. La restauration de cette chapelle déjà commencée est l’oeuvre de près de 60 bénévoles. A noter que la dépense occasionnée par la réfection de la porte provient d’un don d’un personne décédée il y a deux ans. il est heureux que les « villageois » veuillent conserver le patrimoine et qu’en cette année mariale de 1987 , la Vierge de Sainte-Reine soit honorée.
Sources : photo de l’auteur en juillet 2011, extrait de l’article de Ouest-France du 18 septembre 1987.